1 février 2020

Par Jimmy Berthiaume pht

La capsulite rétractile est une condition qui peut devenir très incapacitante si elle n’est pas prise en charge. Il n’est toutefois pas nécessaire de souffrir longtemps, car le traitement actuel de cette condition est efficace. Encore faut-il savoir la reconnaître.

D’abord un peu d’information. La capsulite est une condition où l’épaule devient très raide, d’où le terme épaule « gelée ». On ne connait pas encore le mécanisme exact de cette pathologie. Par contre, on sait que la capsule articulaire de l’épaule, soit l’enveloppe qui recouvre et retient la tête de l’humérus à l’omoplate, devient de moins en moins souple et finit par limiter considérablement la mobilité. Les personnes entre 40 et 60 ans sont plus susceptibles de faire une capsulite. Bien qu’il y ait parfois une histoire de coup ou de choc à l’épaule, il n’est pas rare qu’une capsulite se développe sans cause apparente. Elle est également fréquente à la suite d’une opération à l’épaule.

Certains signes et symptômes peuvent aider à déceler une capsulite. D’abord, la mobilité de l’épaule sera particulièrement réduite surtout avec le mouvement de rotation externe, soit le mouvement d’éloigner le poignet du corps en gardant le coude collé aux côtes. Les activités telles que se laver les cheveux, attacher un soutien-gorge ou atteindre des objets en hauteur deviennent difficiles à cause du manque de mouvement. La plupart des mouvements à l’épaule seront douloureux dans les fins d’amplitude. De plus, la capsulite entraine souvent l’apparition de douleurs et l’incapacité à trouver une position confortable la nuit. La plupart du temps, la douleur cesse ou diminue considérablement lorsque le bras est au repos le long du corps.

Il faut toujours garder en tête qu’il peut y avoir d’autres explications aux symptômes précédemment mentionnés. Un physiothérapeute ou un médecin peuvent aider à confirmer le diagnostic de capsulite. Le traitement actuel le plus efficace est une infiltration à l’épaule appelée une arthrographie distensive. Le principe est d’étirer la capsule articulaire de l’intérieur à l’aide d’un liquide, comme lorsqu’on remplit un ballon de fête d’eau. L’infiltration est généralement faite jusqu’à 3 reprises avec 1 mois de délai entre chacune d’elle. Il est conseillé d’avoir un traitement en physiothérapie dans les 4 heures qui suivent l’infiltration pour optimiser celle-ci. Finalement, des exercices de mobilité seront entamés et il est également conseillé de faire quelques exercices de renforcement pour accélérer la récupération.

Bonne journée!

© 2018 par Jimmy Berthiaume Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now